PROTHÈSE
GANESH

UN KIT AUDITIF OPEN SOURCE

Développé par une communauté de MAKERS

et supporté par le FabLab « la fabrique d’objets libres »

par l’atelier artisanal et numérique « Attom »

et par l’organisation My Human Kit

La philosophie du projet

Pourquoi une prothèse auditive ?

Les dispositifs « invisibles » et « derrière l’oreille » proposés sur le marché, sont remboursés entre 120 et 840 € par la sécurité sociale alors que le coût d’achat moyen est de 1 500€.

Bon nombre de personnes ne peuvent accéder à cet équipement du fait du financement personnel à concéder.

VERSION DERRIÈRE L’OREILLE

Environ 500€

VERSION INVISIBLE

Environ 1 500€

Un enjeu de santé

Aujourd’hui à travers le monde 705,2 millions de personnes sont touchées par un handicap auditif. Seules 25% sont équipées d’un dispositif médical.

En tant que makers, nous souhaitons relâcher cette contrainte économique discriminante en proposant un objet similaire open source, pouvant être fabriqué  ou obtenu facilement en dehors des circuits habituels grâce au réseau des fablabs.

MILLIONS DE PERSONNES TOUCHEES

DANS LE MONDE (10%)

EN FRANCE (6%)

Un enjeu social et technique

Au regard de l’importance du besoin en prothèses et surtout du manque de moyens financiers pour beaucoup de personnes, il est nécessaire de réfléchir à un moyen de diffusion du dispositif pour qu’il soit possible et de se le fabriquer soit même, et également de l’avoir à disposition sur le marché à moindre coût.

Les membres du collectif du projet GANESH évoluent dans les tiers lieux de fabrication open source et nous sommes partis des faits suivants  :

   LES MAKERS

Les makers réalisent seuls ou en communauté des objets alternatifs aux produits du commerce.

  LES FABLABS

Les fablabs (et autres ateliers numériques) produisent des objets libres et sous licence open-source.

  LES BIEN COMMUNS

Ces créations sont accessibles à tous

Nous proposons comme solution, un co-développement :

Nous voudrions que ces dispositifs soient non seulement disponibles à ceux qui sont en capacité de se les fabriquer, mais également que des produits finis soient achetables dans le commerce.

La mise sur le marché de produits issus d’un développement communautaire n’en est qu’à ses balbutiements. Il est en effet très difficile de vendre des biens et de rétribuer tous les acteurs de la chaîne ayant participé à la création.

Ce projet est également une expérimentation : nous cherchons à relier les branches de l’open source et de l’industrie au travers d’un apport mutuel.

La communauté co-développe des versions de la prothèse auditive : celles-ci sont mises à disposition de tous sous licence open source. 

Si dans le futur une version de la prothèse auditive est transposée en produit, mise sur le marché et que des recettes sont réalisées des rétributions seront octroyées aux membres et aux organisations participantes sous différentes formes selon les acteurs (un peu comme une distribution de royalties). Ces rétributions peuvent être monétaires ou sous d’autres formes comme celles qu’on trouve dans le crowdfunding et dépendront du temps et des compétences investies par chacun.

Du côté de l’industrie, celle-ci aura profité d’une création communautaire sous forme de développement collaboratif : l’open innovation.

Cette nouvelle façon d’aborder le développement d’un produit devrait permettre de mettre à la disposition de tous des produits hybrides, personnalisables et adaptés aux différents besoins à un coût plus ou moins élevé en fonction du degré d’autonomie de fabrication des usagers.

Un fork à 4 branches

Notre programme de développement suit quatre branches. En premier lieu, nous avons développé une version extrêmement simple dans la branche open-source. Il s’agit d’une prothèse auditive non paramétrable c’est à dire ne tenant pas compte de la pathologie de l’usager (son audiogramme). Elle correspond aux prothèses auditive les moins chères du marché (<500€). Un produit actuellement peu accessible tel qu'un appareil auditif, deviendrait largement accessible pour un nombre élargi de personnes, notamment dans les pays les plus démunis.

Cette première version est en cours de transposition industrielle avec l’aide du lycée picasso de Givors (plateforme ID pro) et qui permettra d’aboutir à la première version industrielle non paramétrable.

L’étape suivante du travail de la communauté consiste à développer la branche « prothèse paramétrable » dans sa version open source.